"La Loire dans tous ses ébats". Déambulation autour de la crue de Bréhémont en 1856. Christian Massé. Extrait (paru aux éditions Le petit Pavé en 2007)

La Loire circule dans toute l'oeuvre de Julien Gracq. Compagne de sa jeunesse, le "fleuve-femelle" embrasse l'île Bailleuse en face de la maison familiale, à Sain-Florent. "C'est un Gauguin", prétend Gracq. Ou bien un navire avec la "belle voilure frissonnante des peupliers". De Saint-Florent à Nantes, la Loire est au cœur de la mémoire gracquienne et le poète parvient toujours à enfermer le lecteur dans cette intimité fictive.. Chaque lieu évoqué est retrouvé, repensé au cours des flâneries parce qu'il aimante une imagination toujours livrées aux ailleurs. L'arrière-pays reste toujours à imaginer...
 

La Loire est une aïeule
Qui se souvient
De son éternité liquide

Elle est l’eau millénaire
Où l’arbre couche son ombre

Et tu bois ton rêve
A ses rives vertes
Pour réserver l’imaginaire.

Claudia  ADROVER

« La Loire au plus près » Éditions Donner à voir.

Elle sert à être belle ; elle rappelle à l’homme qu’il a besoin de beauté plus que jamais en des temps où l’utilité l’emporte sur la fantaisie, le pratique sur le désinvolte. Il faut aller à la Loire comme à une eau de cure : on s’y guérit des atteintes de la vulgarité et de la grossièreté.

Quelle est la couleur de la Loire ?

Est-elle bleue, verte ou blonde ?… nous autres qui  la connaissons bien nous savons que la Loire est aussi changeante dans sa couleur  que dans ses humeurs.

La lente Loire passe altière, et d’île en île
Noue et dénoue, au loin, son bleu ruban moiré ;
La plaine, mollement, la suit, de ville en ville,
Le long des gais coteaux de vignes et de forêt.

Francis VIÉLÉ-GRIFFIN (1864 – 1937)

La Loire étalée et bleue comme un lac

Avec ses prairies, ses peupliers, ses îlots blonds, ses touffes d’osiers bleuâtres, son ciel léger, la douceur épandue dans l’air… alors je me pris d’une infinie tendresse pour cette terre maternelle où j’ai partout des racines si délicates et si fortes.

Jules LEMAÎTRE (1853 – 1914)

Ce n’est pas petite gloire
Que d’être pont sur la Loire.
On voit à ses pieds rouler
La plus belle des rivières
Que de vastes carrières
Phœbus regarde couler…

Jean de la FONTAINE (1621- 1695)

Loire qui vas de ton onde vitrée
Rasant les murs de ma ville de Tours,
Et qui construis, sans faire aucun détours,
Tes flots chenus au sein de la marée….

Guy de TOURS (1562 – 1611)